Sur la scène du TÉAT Champ Fleuri, de Bernard Joron à Marie-Armande Moutou, en passant par Isnel, plusieurs générations d‘artistes célèbrent dans la joie la mémoire de Maxime Laope.

Maxime Laope aurait eu un siècle cette année. Une occasion saisie par sa famille et en particulier ses petits-enfants, Tim et Cyprien Zéni, pour organiser cet hommage à un zarboutan du séga et du maloya dont l’influence est encore sensible dans la musique réunionnaise.

Et pour cause, entre toutes les figures de notre chanson, c’est Laope qui incarne l’élégance nostalgique de la poésie créole. Le velours de sa voix ronde et sa douceur de crooner lontan, l’humilité de ses images, sa manière de puiser sans esbroufe aux sources du séga et du maloya pour composer des mélodies limpides et empreintes, l’air de rien, d’une liberté audacieuse… ces qualités inimitables lui valent d’être admiré et repris par les plus grands, de Madoré à Waro en passant par Ziskakan ou Olivier Ker Ourio.

Sur la scène du TÉAT Champ Fleuri, de Bernard Joron à Marie-Armande Moutou en passant par Isnel, c’est encore plusieurs générations d‘artistes qui entreront dans ses danses pour célébrer dans la joie la mémoire de celui qui chroniquait avec humour dans Madina l’atmosphère des veillées créoles. 

 

2

En 1947, âgé de 23 ans, Maxime Laope est inscrit à son insu, par un copain, à un radio-crochet : il se trouve dans la foule des spectateurs lorsqu’il s'entend appelé au podium. Relevant le défi, il obtient le second prix ! A partir de ce moment, les concours de chant et les prix vont se succéder.


 

Madina prèt amoin ton grèg

Laloupe lé mor, na fé koul kafé

Yèroswar par la Mich’line

La débarké tout zinvité

Cé taki  dann tant Kouvèr

Lamèn larak, ti flèr fané

Madina grouy ton kalbase

Tout lé konviv va soméyé

 

Madina prête-moi ta cafetière

Laloupe est décédé, il faut faire du café

Par le train d’hier soir

Les invités sont arrivés

Sous la banne, certains

ont amené du rhum et d’autres des fleurs défraichies

Madina dépêche toi

Tous les convives s’endorment vont s’endormir

 

Madina

 

Photos

Illustration : 100 ans Maxime Laope

Crédits

La Réunion / Créé le 10 décembre 2022, TÉAT Champ Fleuri, Saint-Denis, La Réunion / Direction musicale Thomas Manerouck / Direction artistique Tim Zéni / Interprètes Emilie Ivara, Emmanuelle Ivara, Ségaël, Léa Churros, Isnel, Henri Claude Moutou, Marie Armande Moutou, Bernard Joron, Micheline Picot, Michou, Didyé Kergrin, Bann Laope, Julinho et les danseur de New Kality et d’autres invités surprises…/ Basse Roshan Manerouck / Batterie Timothée Chellin / Guitare Thomas Manerouck / Claviers Mickaël Chellin et Malik Tilin / Saxophones Jim Celestin / Trombone Teddy Doris / Percussions Jérôme Calciné / Chœurs Flora Obé, Emilie Manerouck, Guillaume Moutien, Florent Héry / Photo © Collection Privée AFL