Un dialogue piano-chant où les accents blues du maloya manyèr Manent délaissent la rythmique des tambours pour des grooves plus émouvants

Depuis son retour sur nos rivages après de célèbres aventures internationales qui l’ont vu collaborer avec Bibi Tanga ou Mory Kante, le pianiste Fabio Marouvin cherche avec énergie un contact nouveau avec nos traditions musicales.
 
Sa rencontre avec Patrick Manent, zarboutan du maloya kabaré dont le Kozmann Kèr trône aux côtés de Waro dans toutes les bonnes discothèques, pourrait être déterminante. Après avoir tissé ensemble le projet collectif Dyalo Dyalo, ces deux têtes chercheuses s’échappent en tandem pour un dialogue piano-chant où les accents blues du maloya manyèr Manent délaissent la rythmique des tambours pour des grooves plus émouvants.
 
S'appuyant sur des textes écrits pour la plupart par Patrick Manent, le duo nous entraîne dans un dialogue piano-chant, mêlant blues et maloya. Un format original et trop rarement exploré qui nous permet de redécouvrir une voix fondamentale de la scène traditionnelle.
 

19

 
Le blues apparaît dans le sud des États-Unis au cours du XIXe siècle. C'est un genre musical, vocal et instrumental dérivé des chants de travail des populations afro-américaines subissant la ségrégation raciale aux États-Unis. Le terme « blues » vient de l'abréviation de l'expression anglaise blue devils  « diables bleus », qui signifie « idées noires ». Le terme blue, d'où le blues, dérive de l'ancien français et signifie « histoire personnelle » (il reste dans la langue française actuelle le terme « bluette », qui est, pour tous les bluesmen la signification du blues, à savoir une chanson à la première personne du singulier).

 

Photos

Illustration : Patrick Manent & Fabio Marouvin

Crédits

La Réunion / Créé le 6 octobre 2021, TÉAT Champ Fleuri – Karo Kann, Saint-Denis, La Réunion / Voix Lead, percussions Patrick Manent / Voix, piano Fabio Marouvin / Voix, percussions Corinne Thuy Thy et Ludovic Fortuna / Photo © Jeremie Lapra