Emma Di Orio & Osman Badat, Altalawuth Waltataful

Du mardi 7 septembre au samedi 16 octobre

Ce dialogue entre deux artistes réunionnais explore avec sensibilité les ramifications imaginaires de l'histoire architecturale dionysienne. Avec eux, le passé nous fait toujours rêver l'avenir.

Sortir du cadre. C’est, littéralement, l’enjeu de ce travail à quatre mains orchestré par le photographe Osman Badat et l’illustratrice polymorphe Emma Di Orio. Le premier, photographe, arpente depuis plusieurs années les rues de Saint-Denis à la recherche de bâtisses abandonnées aux lierres, et consigne dans une œuvre romantique la mystique des ruines créoles où la nature grignote doucement un patrimoine fragile. C’est sur ces photographies qu’intervient Emma Di Orio, prolongeant lianes et feuilles grimpantes jusqu’en dehors de l’image pour les fondre dans les murs de la galerie. Elle déploie ainsi son esthétique tropicale doux-rêveuse à partir du poétique des lieux, réinvente une féérie végétale qui s’étend comme une jungle, prolongement magique du réalisme mystérieux des photographies. 

 

65

C’est le nombre de bâtisses inscrites et/ou classées à Saint-Denis au titre des monuments historiques. Parmi elles, « Le Domaine du Chaudron » qui a été le premier à être classé et inscrit en 1981.

 

Du mardi 7 septembre au samedi 16 octobre

TÉAT Champ Fleuri – La Galerie

du mardi au vendredi de 9h à 12h30 et de 14h à 17h, et les soirs de représentations.
 

Vernissage le vendredi 10 septembre à 18h

Photos

Illustration : Emma Di Orio & Osman BadatIllustration : Emma Di Orio & Osman Badat