Construire sa présence

Une classe à projet avec la Ligue d'improvisation de La Réunion

En partenariat avec la délégation académique à l'éducation artistique et à l'action culturelle (DAAC / Rectorat), une classe du Lycée Lislet Geoffroy a bénéficié d'une collaboration avec Francis Convert, comédien et intervenant pour la Ligue d'improvisation réunionnaise. L'objectif des enseignants : travailler avec leurs élèves autour des thématiques de l'oralité et de l'éloquence...

Caroline, Anne et Guillaume sont enseignants au Lycée Lislet Geoffroy. Ils ont notamment la lourde tâche de préparer leurs élèves au Grand Oral du Bac, et de travailler avec eux sur le thème de l'éloquence. Ils ont donc saisi l'opportunité d'une classe à projet animée par la Ligue d'Improvisation Réunionnaise, proposée par la DAAC et les TEAT Réunion.

Cette classe à projet s'appuyait sur des ateliers de pratique, au sein de l'établissement, où les élèves ont pu travailler leur voix et leur respiration, travailler leur posture et leur gestuelle. Objectif : acquérir de la présence !

Travail sur le groupe, la décision, l’initiative, la réactivité, l’entente, construction de figures collectives et même entraînement au concours d'éloquence, les enseignants reviennent sur cette expérience.

Les avis sont unanimes : le bilan est plus que positif. Tous les participants se sont engagés et ont tiré profit des exercices. " Le travail sur le corps, la prise en compte d’autrui, l’acceptation du regard des autres, la collaboration avec l’ensemble du groupe, la concentration sur les consignes de jeu, la prise d’initiative, tout cela a porté ses fruits et les élèves se sont rapidement « délivrés » ". 

 

 

 

 Tous les élèves se sont mis au travail de façon très spontanée, voire enthousiaste. Ma classe ressemblait à une petite ruche ! 

 

Pour Anne Hébrard  : « Dans ce groupe, une bonne partie des élèves avait un rapport gêné voire embarrassé à la parole ; l'intervention était donc extrêmement pertinente. Cela n'a pas toujours été facile. Les exercices sur le rapport à l'autre et sur l'expression des émotions ont été particulièrement efficaces. Dès le cours suivant j'ai pu réinvestir les séances, dans un exercice où les émotions étaient centrales : préparer la lecture d'un texte que les autres n'ont pas sous les yeux, pour le leur faire partager (sur le mythe d'Ulysse et ses réécritures).

Tous les élèves se sont mis au travail de façon très spontanée, voire enthousiaste. Ma classe ressemblait à une petite ruche où les binômes lisaient et cherchaient comment théâtraliser les extraits qu'ils avaient tirés au sort. Ce rapport au texte aurait été impossible sans l'intervention de Francis. »

 

 

Pour Guillaume Hoarau : « Tout le groupe a gagné en confiance, en cohésion. Les élèves sont tous prêts à monter sur scène pour discourir devant un large public. Ce résultat a été le fruit d’interventions efficaces, variées et toujours ludiques donc bien pensées en amont. Les rapports entre enseignants, élèves se sont approfondis. Nous retirerons un bénéfice de cette expérience sur l’ensemble du parcours en spécialité Humanités Littérature Philosophie, 1ère et Terminale. »

 

Des élèves enthousiastes, volontaires et coopératifs qui ne demandent qu'à recommencer !

 

Autre volet du parcours proposé aux élèves : un spectacle de la LIR auquel ils ont pu assister au TEAT Plein Air. L'occasion de découvrir le théâtre, de débattre sur le spectacle et d'observer en situtation réelle,  les exigences et qualités du travail d’improvisation. Un dossier pédagogique avait également été travaillé avec David Sarie, professeur-relais des TEAT : l'occasion d'approfondir leurs connaissances sur le théâtre d'improvisation et ses origines.

Les élèves quant à eux, ont été demandeurs, souvent enthousiastes, volontaires et coopératifs. Selon Caroline, professeur de Lettres à l'initiative du projet : " les élèves ont pu avoir des difficultés à mettre des mots sur les bénéfices de ce travail. Ce qui n’est pas un problème, car ces bénéfices sont de l’ordre de l’être et non de « compétences » faciles à conceptualiser. En tout cas, ils voudraient continuer ! "

Toutes les compétences acquises seront réinvesties : dans la journée du Cinquantenaire du lycée où des performances orales individuelles ou collectives sont prévues, et sur le grand oral bien-sûr, en fin d’année.  

Photos

Illustration : LIR EAC