Quand les primaires passent à table !

Avec Tatiana Patchama, plasticienne

L'ouverture de saison du TEAT Champ Fleuri s'est faite cette année sur le thème du développement durable. En partenariat avec la DAAC et le Rectorat, dans la continuité de l'exposition "Quand les artistes passent à table", la plasticienne Tatiana Patchama est intervenue le mois dernier dans une classe de CM2 de l'école primaire Bouvet B à Saint-Denis.

En intervenant auprès de cette classe, le principal objectif pour l'artiste, était de donner goût à l'art contemporain aux élèves, tout en les sensibilisant aux risques auxquels la planète fait face actuellement. Réalisation d’ateliers artistiques à la manière des plus grands, initiation au tri sélectif… Un programme bien chargé pour nos artistes en herbe !
 
 On a commencé par des ateliers ludiques et instructifs autour du plastique, ils ont beaucoup aimé 
 
Cécile Vienne, l'institutrice de la classe de CM2, nous livre les impressions de ses élèves en amont sur l'atelier : « Ils étaient curieux, surtout à propos de l'artiste qui allait intervenir. Ils me demandaient : Elle fait quoi comme art ? Est-ce qu'on la connait ? Est-ce que tu la connais ? »
 
Les écoliers ont d'abord visité l'exposition Quand les artistes passent à table, dans la galerie du TEAT Champ Fleuri. Une première approche pour mieux appréhender les ateliers que Tatiana Patchama leur a confectionnés. Le premier atelier pratique portait sur les déchets plastiques : comment les reconnaître, les trier, leur cycle de vie… Il s’agit alors, au travers d'histoires ludiques, de les responsabiliser sur l'importance de trier ses déchets et de limiter sa consommation de plastique au quotidien.
 

Fabriquer des aliments en papier et... prendre la pose !

 

Le projet imaginé par Tatiana Patchama est un clin d’œil à Gregg Segal, photographe, qui analyse à travers son travail les comportements alimentaires d'individus d'origines et de cultures différentes et qui a produit une série photo qu'ils ont pu observer dans la galerie du théâtre, lors de la visite de l'exposition.

Avec les élèves, le travail s'est déroulé en plusieurs temps : nos jeunes artistes ont d'abord eu pour mission de fabriquer de faux aliments en papier en s'inspirant des Nourritures Imaginaires de Martine Camillieri. « A cette première séance, ils étaient un peu perdus car ils ne connaissaient pas vraiment de technique de fabrication d'objet avec volume, mais Tatiana les a vite aiguillés ».

 

 
 
Passée cette première étape, ils ont ensuite dessiné leur propre silhouette, autour de laquelle ils ont disposé les aliments en papier qu'ils avaient créés, puis ils ont posé devant l'objectif. 
 
 
 
 
Pour l'enseignante : « L'intervention d'un artiste en classe apporte un réel bénéfice en termes pédagogique. L'enseignant a moins à se soucier du côté artistique, et peut se concentrer sur la portée pédagogique du projet. L'artiste apporte énormément d'idées, qui sont retravaillées avec l'enseignant pour l'adapter à la classe ».
 
Ainsi, les élèves ont profité de ces ateliers ludiques pour se responsabiliser et prendre conscience du dérèglement climatique que subit la planète : « Ils avaient hâte de voir les photos, et ont demandé à ce que Tatiana revienne. Parfois, ils font des réflexions sur le plastique ramené à l'école. »
 
Un grand merci à Tatiana Patchama, à l'institutrice Cécile Vienne d'avoir fait participer ses élèves, ainsi qu'à sa classe pour son implication !

 

Photos

Illustration : PEAC Tatiana Patchama