Nicolas Givran en tournée avec l'Île

Tournée terminée et nouvelle création en préparation pour Nicolas Givran !

En 2019, Nicolas Givran s'est envolé deux fois et s'est rendu dans trois pays pour jouer L'Île, dîner spectacle imaginé en 2015 avec la complicité des TÉAT. Une aventure qui marque le point d'orgue de son travail autour de l'oeuvre de la dramaturge espagnole Angélica Liddell. Questions à sa sortie de l'avion.

France, Luxembourg, Belgique : tu viens de jouer L’Île dans trois pays différents, qu’en retiens-tu ?

 

Les tournées, c’est ce qu’il y a de mieux à vivre dans nos métiers. Celle-ci m’a rappelé à quel point un spectacle a besoin d'être joué, joué, joué et joué encore pour arriver à maturation, se bonifier, trouver son juste rythme. Sur L’Île, dont la première remonte à 2015, j'estime que je commence juste à « trouver mes sensations », comme disent les sportifs. Le spectacle a largement progressé. C'est aussi très excitant de se frotter à des publics qui ne connaissent pas mon travail et arrivent sans a priori, ni positif ni négatif : juste dans l'attente légitime de se faire embarquer dans un beau voyage.
 

L'Île est un repas-spectacle complexe à faire voyager : il demande de coordonner des étudiants en théâtre, des étudiants issus de classes de musique, et un traiteur pour le repas. Comment s'est organisé le travail sur place ?

 

En effet, chaque lieu devait recruter un traiteur et un groupe de jeunes gens, et former ces derniers au chant avant mon arrivée — je remercie d’ailleurs beaucoup les salles qui ont joué le jeu, d’autant plus risqué pour elles que le spectacle ne peut accueillir que 50 à 80 spectateurs selon les lieux. Ensuite, je n’avais que deux séances de 3h avec les étudiants pour la mise en place avant la générale. J’étais admirablement secondé sur place par Jean-Marie Vigot et Armande Motais de Narbonne, le régisseur et la chargée de production de la compagnie. Je disais à chaque groupe en introduction que notre rencontre allait être brève et intense. Et je dois dire que c’est l’une des choses les plus intéressantes de cette aventure de tournée, ces rencontres avec les jeunes, les surprises qu’elles provoquent.
 
 

 

Cette tournée est le point d'orgue d'un travail marqué par l'écriture d'Angélica Liddell : et maintenant ?

 
En avril 2020, nouveau virage avec la sortie de ma première création jeune public, La pluie pleure. Une rupture nette avec mes projets précédents, réservés à un public adulte. C’est ma nécessité du moment, d’artiste et de père. La pièce est construite autour des quêtes personnelles des deux protagonistes principaux : Ben, qui tente de retrouver son père qu’il n’a pas connu, et Victor qui lui, n’aspire qu’à une chose, pouvoir avouer son amour pour Jeremy, son voisin de classe…
 
 

En résidence

du 14 au 25 octobre 2019  Résidence de création 2020 La pluie pleure, Cité des Arts, Saint-Denis


En diffusion

29 novembre   Qu’avez-vous fait de ma bonté ?, Cité des Arts (Fanal), Saint-Denis
30 novembre   « Carte Blanche à Nicolas Givran », Cité des Arts, Saint-Denis

 

Photos

Illustration : Nicolas Givran - l'île tournéeIllustration : Nicolas Givran - l'île tournéeIllustration : Nicolas Givran - l'île tournéeIllustration : Nicolas Givran - l'île tournéeIllustration : Nicolas Givran - l'île tournéeIllustration : Nicolas Givran - l'île tournéeIllustration : Nicolas Givran - l'île tournée