1er concours départemental d'éloquence

Retour sur le concours d'éloquence avec Annick Vitry

Annick Vitry est à l'initiative, avec les TÉAT, du concours départemental d'éloquence de la Réunion. Particulièrement fière de l'ampleur qu'a pris le concours et de l'investissement des jeunes pour la cause féminine, elle revient pour nous sur cette aventure humaine.

C’est à travers un discours émouvant le soir du 26 avril, qu’elle a remercié les jeunes, leurs familles, les chefs d’établissements, les professeurs et les partenaires qui se sont impliqués dans ce concours.    

 

« Le combat d'Olympe de Gouge contre toutes les injustices était précurseur de ceux de notre siècle ! C’est avec ces textes, qu’est né ce concours d’éloquence »

 

Pourquoi avoir créé ce concours d'éloquence il y a trois ans ? C'est à travers la figure d'Olympe de Gouge que tout a commencé.  Considérée comme une des pionnières du féminisme par son engagement et ses écrits notamment la déclaration des droits de la femme et de la citoyenne : un des actes fondateurs du féminisme d'aujourd’hui.  Son combat contre toutes les injustices, était précurseur de ceux de notre siècle !  C’est avec ses textes, qu’est né ce concours d’éloquence !  

 

« J’espère que l’aventure ne fait que commencer »


Pour tout vous dire on ne s’attendait pas à des discours aussi forts et engagés de la part de jeunes qui n’ont que 15 ans, 17 ans. J’aime dire et surtout penser qu’il y a un avant et un après. Annick en est persuadée, ce concours a permis de créer une dynamique, chez les lycéens, il a permis aussi de construire des partenariats qui donnent envie à tous ceux qui se sont engagés dans cette aventure, de faire avancer les choses, de faire en sorte que ces discours et ces jeunes réunionnais soient entendus et surtout écoutés par le plus grand nombre. 

 

Annick Vitry, le concours départemental d'éloquence

 

Photos

Illustration : Annick Vitry