Spectacles
Festivals
Les TEAT
Tous les publics
Sur tout le territoire
Calendrier et Tarifs
Infos pratiques
Archives
Espace Pro
BLOG

Plan du site      /      Nous Contacter
Nicolas Givran
Qu’avez-vous fait de ma bonté ?
TEAT Champ Fleuri 
VENDREDI 5 ET SAMEDI 6 OCTOBRE
TEAT Champ Fleuri

Vendredi 5 octobre 20h
Samedi 6 octobre 20h

De 8 € à 15 €
~

Normal : 15 €
adhérents et groupes : 12 €
Etudiants, moins de 26 ans, 65 ans et plus, demandeurs d’emploi : 8 €

La Réunion
Durée : 1h45
Dès 15 ans
( ce spectacle contient des scènes de nudité )

Création le 5 octobre 2018, TÉAT Champ Fleuri, La Réunion
Création / Coproduction TÉAT, île de La Réunion, Théâtre les Bambous, Conservatoire à Rayonnement Régional de La Réunion

Avec le soutien de Dac-Réunion, Région Réunion, Ville de Saint-Denis, Département de La Réunion

Mise en scène Nicolas Givran / AvecLaurent Atchama,
Vincent Boyer, Fabrice Lartin, Fany Turpin, Julien Dijoux, Sarah Dunaud, Renan Saffre,
Brice Jean-Marie, Armande Motais De Narbonne
/
Scénographie et création lumière Myriam Omar Awadi
assistée de Yannick Hébert / Direction chant Daniel Bargier/
Arrangements musicaux Philippe Janka /
Musiciens Erick Lebeau, Charlie Lallemand, Kahina Zaïmen, Philippe Janka,
Gilles Lauret
/ Prise de son et mixage Serge Parbatia/
Photos © Bertrand Bovio, Raymond Barthes

Il a le diable au coeur, Nicolas Givran. Une rage-blessure qui cherche
sur le plateau de nouvelles façons d’apparaître, un esprit mauvais qui
pourrait être celui de la jeunesse en colère, une chose magique et
féroce qu’on invoque par de longues phrases poétiques et dangereuses
et qui surgit sur scène. Puisant une partie de son inspiration dans les
fulminations vénéneuses de la dramaturge Angelica Lidell, il dirige ici
de très jeunes comédiens dans une recherche sur la violence politique
et relationnelle qui brûle le monde.
En véritable chef d’orchestre, il parvient à jouer des individualités et de
sources multiples pour produire une oeuvre pénétrante à l’esthétique
contemporaine léchée où se mélangent rageusement fumigènes, karaoké,
danses, lasers, références cinématographiques et fureur de vivre.
Composition ultra-moderne d’ambiances et d’émotions, de cris, de lumière
et de chants mêlés, cette matière dramatique est unique à La Réunion.
Vitalité !
Première création sur un grand plateau : pourquoi maintenant ?
Parce que c’était le moment. C’est vrai que j’ai beaucoup attendu, mais j’aime bien l’idée de préserver un tempo personnel qui peut parfois contredire les exigences de la gestion de carrière. Je voulais aussi, après une série de travaux plus solitaires, me trouver au sein d’une troupe. La jeunesse et l’énergie des comédiens avec qui je travaille me font du bien.
Nicolas Givran est artiste associé des TÉAT, île de La Réunion.

EN COULISSES : Entretien avec Nicolas Givran, à découvrir ici

1962 – l’année ou Kisaburō Takagi, un disquaire japonais,
dépose la marque « Karaoke »

Tu as remarqué Catesby ? Tu as remarqué tous ces morts ?
Ils portent des habits du dimanche.
Ils portent des habits du dimanche pour chanter.
J’aime ça.

Agard sa Catesby ? Agard toute demor la ?
Zot tout i porte zot linj la mèss.
Zot i porte zot linj la méss pou shanté.
Mi trouv sa gayar poudbon !

Normal : 15 €
adhérents et groupes : 12 €
Etudiants, moins de 26 ans, 65 ans et plus, demandeurs d’emploi : 8 €

~
Création le 5 octobre 2018, TÉAT Champ Fleuri, La Réunion
Création / Coproduction TÉAT, île de La Réunion, Théâtre les Bambous, Conservatoire à Rayonnement Régional de La Réunion

Avec le soutien de Dac-Réunion, Région Réunion, Ville de Saint-Denis, Département de La Réunion
Mise en scène Nicolas Givran / AvecLaurent Atchama,
Vincent Boyer, Fabrice Lartin, Fany Turpin, Julien Dijoux, Sarah Dunaud, Renan Saffre,
Brice Jean-Marie, Armande Motais De Narbonne
/
Scénographie et création lumière Myriam Omar Awadi
assistée de Yannick Hébert / Direction chant Daniel Bargier/
Arrangements musicaux Philippe Janka /
Musiciens Erick Lebeau, Charlie Lallemand, Kahina Zaïmen, Philippe Janka,
Gilles Lauret
/ Prise de son et mixage Serge Parbatia/
Photos © Bertrand Bovio, Raymond Barthes